infos hôtel à Montluçon Le Grenier à Sel
10 Rue Sainte-Anne
Place des Toiles
03100 Montluçon
téléphone hôtel à Montluçon +33 (0)4 70 05 53 79
Réservation

Votre Séjour


meilleur tarif garanti

+33 (0)4 70 05 53 79

Jacky Morlon, l’enfant de Montluçon,

aux commandes du restaurant depuis 1993

Gamin, Jacky Morlon cueillait déjà des légumes dans le jardin familial pour réaliser des petites entrées. Sûr de sa vocation de cuisinier, il rejoint l’école de Brassac-les-Mines à 14 ans. Consciencieux et passionné, il est repéré par la qualité de son travail. Il fait ses débuts Au Bon Accueil à Saint-Nectaire avant de rejoindre Les Deux Ponts à Saint-Pourçain-sur-Sioule puis un Relais & Châteaux en Haute-Savoie, l’Auberge de Noves dans le Midi… Il rentre dans la cour des grands aux côtés de Michel Lorain et de Michel Guérard, tous les deux 3 étoiles au Michelin.

Jacky s’exile ensuite l’hiver entre deux saisons en Australie où il devient conseiller culinaire pour une cliente milliardaire. Juste après continuant son grand voyage, il part travailler aux Antilles.

De retour en France, il officie au Vallon de Valrugues à Saint-Rémy-de-Provence où il obtient un macaron Michelin et au Château du Breuil à Cheverny où il conserve l’étoile du restaurant.

Voulant à la fois revenir sur sa terre natale et lancer sa propre affaire, il reprend Le Grenier à Sel en 1993 avec sa femme Nicole qui n’a cessé de le soutenir. L’esprit familial s’est encore renforcé avec le sourire d’Emilie, née dans la maison quelques semaines après l’ouverture, qui travaille ponctuellement aux côtés de ses parents tout en poursuivant ses études hôtelières.

Plaisir des yeux et du palais !

Restaurant gastronomique dans l’Allier

Le chef, Maître Cuisinier de France, vous propose une cuisine alliant simplicité et authenticité où les produits de qualité et de saison sont à l’honneur. De son pays natal, il sublime le canard à la Duchambais ou le carré d’agneau du Bourbonnais. Il aime aussi l’impromptu comme les langoustines ou la lotte à la plancha qu’il accompagne de tagliatelles de courgettes.

Autre corde à son arc, l’art du dressage. Le cuisinier devient artiste peintre et joue avec les couleurs. Ses assiettes belles comme des tableaux se mangent aussi avec les yeux !